Echange d’ambassadeurs internationaux entre l’Allemagne et le Rwanda

Echange d’ambassadeurs internationaux entre l’Allemagne et le Rwanda

Gilbert Muhire, ambassadeur du réseau GPENreformation au Rwanda et actuel directeur de l’école chrétienne de Kigali au Rwanda, s’est rendu en Allemagne pendant deux semaines en octobre 2018 à l’invitation du pasteur Mark Meinhard, également ambassadeur du réseau, actuellement théologien de l’école Wilhelm-Löhe à Nuremberg.

Les deux ambassadeurs ont fait connaissance lors de la conférence de Kigali en 2018 et après quelques obstacles bureaucratiques, il s’est rapidement avéré qu’une visite en Allemagne devait être rendue possible. L’objectif principal de cette visite était d’apprendre à connaître le système scolaire protestant allemand.

Nous sommes reconnaissants qu’un collègue de la WLS ait pu héberger M. Muhire en privé, de sorte qu’en plus des visites officielles, il a été possible de s’immerger dans la « vie familiale normale » en Allemagne pendant une courte période.

Au cours de la période qui a précédé la visite, l’ampleur des obstacles s’est rapidement imposée. M. Muhire n’était jamais allé en Europe auparavant, connaissait à peine l’histoire allemande et ne connaissait pratiquement rien de l’organisation des Etats fédéraux avec leur souveraineté en matière d’éducation et le rôle des Eglises membres, ainsi que le rôle de l’EKD.

M. Meinhard s’est donc prononcé en faveur d’une sorte d' »enveloppe globale », comprenant une préparation et une explication intensives de ces différentes structures d’organisation et de responsabilité. D’un point de vue réaliste, il faut dire que la complexité du système signifie que seule une fraction de celui-ci peut réellement être absorbée et qu’il aurait probablement fallu plus de temps.

Néanmoins, beaucoup de bonnes rencontres ont été possibles et nous en sommes très reconnaissants. Nous avons visité les établissements d’enseignement de la Diakonie Neuendettelsau (lycée, lycée et école de soins infirmiers curatifs), rencontré les directrices responsables* et discuté avec les élèves* et les étudiants. L’accent a été mis sur l’engagement diaconal des écoles – une nouvelle perspective pour M. Muhire, en particulier dans le domaine du travail avec les personnes âgées et les personnes handicapées. Le Rwanda est un pays où l’âge moyen est très bas – en Allemagne, cependant, M. Muhire a rencontré beaucoup de personnes âgées.

A Nuremberg, nous avons essayé d’expliquer l’histoire du national-socialisme, l’histoire d’un régime totalitaire et le génocide qui en a résulté, mieux : La Shoa. Avec le Rwanda – en tant que pays ayant sa propre expérience du génocide et ses efforts actuels pour éduquer à la paix et à la réconciliation, nous avons essayé d’établir des comparaisons. Nous avons rencontré à maintes reprises des monuments commémoratifs au cours de notre voyage pour exprimer nos efforts pour ne pas oublier l’histoire.

M. Muhire a pu rencontrer le P. Scheunpflug à Nuremberg, qui en tant que membre du Conseil du GPEN a contribué de manière significative à la formation du réseau. Il était important pour M. Meinhard que M. Muhire puisse faire l’expérience du Windsbacher Knabenchor dans une Mottete. Une institution ecclésiastique avec un pensionnat qui a produit une chorale de haut niveau. C’est aussi un élément essentiel de l’éducation protestante.

Avec sa visite à l’EKD à Hanovre, M. Muhire a appris à connaître la structure de l’EKD dans une certaine mesure et a bien sûr rencontré les responsables du département de l’éducation, en particulier bien sûr les acteurs du GEPN.

De Hanovre, nous avons visité l’Andreanum à Hildesheim – aujourd’hui un établissement d’enseignement protestant, mais déjà fondé en 1225. A Nuremberg, nous avons pu nous entretenir avec des étudiants de l’Université protestante, assister à un séminaire et bien sûr rencontrer l’école Wilhelm-Löhe et ses acteurs responsables.

Le « Evangelisches Schulzentrum Berlin » avec son approche éducative complètement différente, ainsi que le « Evangelische Schulzentrum Leizpig » – dans un environnement presque totalement laïque – ont complété la visite par une Allemagne protestante – avec un accent sur le travail éducatif.

Nous remercions tous les directeurs d’école* et les élèves* ainsi que tous les autres acteurs qui ont pris le temps de faire des exposés et des visites. Car il reste cette vieille vérité : la compréhension n’est possible que par la rencontre. Mais la rencontre a besoin de temps et de personnes qui sont prêtes à s’impliquer.

La visite de M. Muhire a élargi nos deux horizons – nous avons beaucoup appris l’un de l’autre. Une connaissance qui, soit dit en passant, ne peut pas être « utilisée dans un but » immédiatement – peu de ce que M. Muhire a vu ici, il pourra l’utiliser immédiatement au Rwanda, mais une connaissance qui favorise une meilleure compréhension mutuelle, jette une lumière différente sur ses propres problèmes et aide à reconnaître plus clairement sa propre position.

C’est – pour moi – dans le sens idéal – toujours aussi l’éducation évangélique : une éducation qui cherche le contraire, tournée vers et intéressée – prête à se laisser corriger.

Nous sommes reconnaissants de la visite de M. Muhire et nous attendons avec impatience toutes les rencontres qui pourront avoir lieu de cette manière ou d’une manière similaire.

 

L’article a été écrit par