Tanzanie : Pensées de l’Ambassadeur Gerson Mgaya

LE DÉFI CORONA NOUS OFFRE DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS

Des fils d’Issacar, ayant l’intelligence des temps pour savoir ce que devait faire Israël, deux cents chefs, et tous leurs frères sous leurs ordres. (1 Chroniques 12:33)

J’ai choisi ces mots pour donner une image de ce qui se passait à l’époque du règne de David. David était un roi sage, et je crois que son succès reposait sur trois piliers. D’abord, c’était un homme qui s’en remettait à Dieu pour ses actions. Par conséquent, lorsque vous lirez les versets suivants, vous constaterez qu’il a toujours demandé la volonté de Dieu avant d’agir : voir 1 Sam 23:1-5, 10-14 ; 30:8-9 ; 2 Sam 2:1-2 ; 5:17-25 ; 21:1.

David était une personne qui croyait que Dieu avait besoin de lui et des gens autour de lui pour accomplir son dessein. Par conséquent, David respectait le peuple et lui donnait toujours la possibilité de faire ce qu’il croyait que Dieu lui avait confié. Il ne les a pas restreintes. Ce n’est donc pas une coïncidence s’il y avait des gens d’Issachar qui savaient comment lire la situation et comprenaient ce qu’un Israélien devait faire dans de tels moments.

Dieu a donné différents rôles à différentes personnes dans nos sociétés. La plupart d’entre nous sont toujours prêts à faire ceci ou cela, mais il manque des leaders comme David. Il n’est pas toujours facile d’organiser les gens pour qu’ils puissent contribuer au Royaume de Dieu. C’est le défi auquel nous sommes confrontés chaque jour, et c’est le but que nous voulons atteindre.

Dans des pays comme la Tanzanie, où « la culture du je suis parce que nous sommes » est si forte, il est presque impossible de tenir les gens à l’écart des foules, surtout dans les transports publics et lors d’occasions sociales comme les funérailles, les mariages et les rassemblements religieux. Nous plaisantons même toujours sur le fait qu’en Tanzanie, un bus ne peut jamais être trop plein, les églises ne peuvent jamais être trop pleines, etc. Mais COVID-19 connaît-il le « je suis parce que nous sommes » ?

Dans certains pays, les universités, les bibliothèques, les écoles, les églises et les organisations missionnaires sont désormais fermées. Si nous ne sommes pas aussi sages que les habitants d’Issachar pour lire la situation dans laquelle nous nous trouvons et nous dire ce qu’il faut faire, la plupart d’entre nous mourront spirituellement, et de nombreuses institutions et ministères, en particulier ceux qui dépendent uniquement des offrandes, fermeront. Et à la fin de la scène, nous devons nous demander : COVID-19 a-t-il le pouvoir de mettre fin à notre vie spirituelle et à notre mission, ou notre vie spirituelle et notre mission ont-elles le pouvoir de mettre fin à COVID-19 ?

La sagesse est nécessaire ici. Dans une telle situation, nous avons besoin de la sagesse du Saint-Esprit qui nous guide.

Certains faits que nous devons considérer sont tout d’abord : si nous arrêtons les assemblées que nous avions, cela ne signifie pas que nous avons cessé d’adorer Dieu. Dieu n’est pas lié à des lieux, il est même dans nos maisons, adorons-le dans nos maisons aussi. Les premiers chrétiens n’avaient pas non plus d’églises comme nous en avons aujourd’hui, et pourtant ils étaient forts dans la foi, et Dieu a fait beaucoup à travers eux. Nous sommes maintenant arrivés là où tout a commencé. Je vois cela comme un moyen de nous ramener là où le christianisme a commencé. Si nous utilisons correctement cette situation, nous pouvons raviver les prières familiales et faire de nos maisons des lieux où le nom du Seigneur est à nouveau proclamé. Et dans les pays où il est difficile de contrôler les foules, il faut davantage d’éducation et des efforts particuliers. Faisons de notre mieux pour contribuer à cette éducation. Nous appelons les ambassadeurs du GPENréformation à jouer leur rôle en diffusant des informations utiles et en aidant les gens à être en sécurité.

Deuxièmement : Dieu n’est pas seulement lié à des groupes plus importants. Il est le Dieu qui est lié à tous et répond donc aux prières individuelles comme il le fait pour les prières collectives. Pendant ce temps, nos rôles personnels et nos forces au sein des groupes sont parfois avalés par les plus forts. Bien sûr, nous avons aussi besoin de groupes et de moments collectifs, mais nous devons comprendre que Dieu se rapporte à nous personnellement. C’est donc un beau moment que de passer du temps seul avec Dieu. Il a même été dit que notre véritable identité est déterminée par ce que nous faisons lorsque nous sommes seuls. Cela signifie que notre véritable relation avec Dieu est parfois renforcée lorsque nous sommes seuls avec Lui.  Aujourd’hui, nous sommes obligés d’être seuls ou seulement avec des personnes qui nous sont proches. Voyons cela comme une opportunité qui nous renforcera spirituellement.

Chers amis, bien que nous ne nous réunissions plus, notre ennemi n’a pas peur de COVID-19, il est occupé par son travail. Mais la bonne nouvelle est que notre Père céleste est maître de tout, car il règne partout et est toujours à l’œuvre. Mais au milieu de cette terreur que le monde connaît, Dieu veut poursuivre son œuvre à travers son église et à travers les organisations. Nous sommes la seule organisation qui peut travailler sans rencontre physique. Nous sommes dispersés dans le monde entier. Nous pouvons nous organiser et prier avec force pour que l’œuvre de Dieu ne s’arrête pas. Pourquoi prier fort ? Parce que c’est une période difficile et stressante. Je vous remercie de prendre cette situation au sérieux en lisant ce message.

Nous avons l’habitude de dire : quand une porte s’est fermée, nous regardons autour de nous, peut-être qu’il y en a une autre qui est ouverte. Jusqu’à présent, nous avons essayé d’amener les gens aux événements que l’Église organise. Il y a eu plusieurs tentatives d’utilisation des médias sociaux pour atteindre les personnes inatteignables, car de nombreuses personnes sont passées aux médias sociaux. Je pense que nous devrions continuer à prier pour que Dieu donne de la sagesse aux personnes qui développent de telles idées qui n’excluent personne.

Bien que COVID-19 nous rende la vie difficile, nous devrions nous encourager mutuellement à adorer le Dieu vivant ; son pouvoir est au-dessus de tout autre pouvoir que nous connaissons. Notre mission ne peut être arrêtée par COVID-19. L’amour de Dieu, la puissance de Dieu et sa fidélité envers nous sont plus forts que cette terrible maladie. Notre Dieu est aux commandes. Nous ne devons pas avoir peur mais nous confier en Lui, car Il a dit que même lorsque nous traversons des flammes de feu ou des inondations, Il sera toujours avec nous (Esaïe 43:2). Et c’est le même Dieu qui a dit

Quand je fermerai le ciel et qu’il n’y aura point de pluie, quand j’ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j’enverrai la peste parmi mon peuple; si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, -je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. (2 Chroniques 7:13-14)

Dieu est fidèle. Ce qu’il a promis, il le tiendra. Tournons-nous vers lui, appelons-le par son nom, il agira sûrement pour notre bien.

© Gerson Mgaya