Rwanda : L’Impulsion de l’Ambassadrice Albertine Nyiraneza

Chers frères et sœurs en Christ,

Aujourd’hui, premier dimanche après Pâques, notre Sauveur ressuscité nous donne un mot d’espoir et d’encouragement au milieu des difficultés, de la confusion et des frustrations que nous pouvons rencontrer à la suite de la pandémie de Covid 19.
Les versets de ma réflexion d’aujourd’hui sont tirés de l’Evangile selon Luc 24:36-39 :

Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai.

Ce passage intervient juste après que deux disciples aient rencontré Jésus sur la route d’Emmaüs et soient retournés à Jérusalem pour raconter aux disciples ce qui s’était passé. Ils étaient rassemblés dans une pièce à l’étage, les portes verrouillées, confus, frustrés et essayant de donner un sens aux récits incroyables de ceux qui prétendaient avoir vu Jésus. D’abord Pierre et Jean, puis les femmes, et maintenant ces deux d’Emmaüs – ils ont tous dit qu’il était vivant. Puis, soudain, au milieu d’eux, Jésus apparaît et leur parle. Et quelle est la première chose qu’il dit ? « La paix soit avec vous. » Il savait que c’était ce dont ils avaient le plus besoin – la paix pour mettre de côté la peur, la confusion et la frustration ; la paix pour qu’ils puissent se concentrer sur la réalité que Jésus était vivant et avec eux. Jésus leur a donné la sécurité : « Touchez-moi et sachez que je suis réel », a-t-il dit.

Notre situation est différente, mais nos sentiments sont les mêmes : isolés à cause du virus corona, enfermés dans nos maisons, craignant l’avenir et sa durée, confus et frustrés parce que rien de tel ne s’est jamais produit auparavant. Nous nous demandons ce que l’avenir nous réserve. La vie va devenir plus difficile pour les personnes qui ne peuvent pas travailler en dehors de leur domicile, et beaucoup dépendent du soutien du gouvernement ou de l’église. Nous devons garder nos distances, même lorsque nous nous voyons dans la rue, dans les quelques moments où nous sommes à l’extérieur de nos maisons. Le sens de la communauté est remis en question, et il est difficile de faire partie du Corps du Christ lorsque nous sommes séparés comme nous le sommes.

Au milieu de notre situation, Jésus parle encore : « La paix soit avec vous ». Il nous offre sa paix et la certitude qu’il est avec nous. Nous ne pouvons peut-être pas le toucher physiquement, mais il touche notre esprit ; il parle à notre cœur. Il est avec nous, comme il l’était avec ses disciples. Il n’est ni un esprit ni un mirage. Il est aussi réel pour nous qu’il l’était pour ses disciples. Il nous offre la paix et sa présence au milieu de toutes les situations confuses de la vie ; au milieu de ce virus que nous ne pouvons pas voir mais que nous devons éviter.
Nous devons regarder l’avenir avec espoir dans le Christ, qui est au-dessus de toutes les circonstances. Nous devons rester patients, quelle que soit la durée de cet isolement. C’est pour notre propre bien et pour la protection des autres. Et surtout, nous devons rester unis dans la prière, unis au Christ et les uns aux autres. Lorsque nous prions les uns pour les autres, le Christ nous lie à lui-même et aux autres, quelle que soit la distance.

Dieu de paix, Tu es avec nous, comme Tu le promets, mais nous confessons que nous Te perdons parfois de vue dans nos peurs, nos frustrations et notre confusion. Parlez à notre cœur pour que nous puissions entendre votre voix claire et rassurante au milieu du bruit de notre situation. Donnez-nous Ton paix. Amen.

Votre soeur dans le Christ
Révérende Albertine Nyiraneza

Président du presbytère de Gitarama
l’Église presbytérienne au Rwanda